mercredi 28 juin 2017

Les beaux étés - T.3 - Mam'zelle Estérel - Zidrou & Jordi Lafebre

Après les étés 1973, avec Cap au sud !, et 1969, direction La calanque, la série d'albums Les beaux étés nous transporte toujours vers le sud, quoi que un peu moins loin, au cours de l'été 1962. Et le charme opère toujours. Le talentueux duo Zidrou et Lafebre n'a pas son pareil pour nous plonger dans les albums souvenirs de nos vacances. Je n'étais pas née à l'époque de ce troisième tome, ni même en 1973 d'ailleurs. Et pourtant les images me parlent tellement. Elles ont ce parfum de l'enfance, de celle que l'on m'a racontée, ou que j'ai vécue, avec ces longues transhumances dans des voitures sans clim' ni autoradio, le toit chargé de bagages et les enfants chahutant à l'arrière. Direction le Sud pour une troisième fois, et retour sur une époque insouciante.

Les beaux étés - Tome 3 de Zidrou & Lafebre.
Éditions Dargaud, 9 juin 2017, 56 pages.

samedi 24 juin 2017

Babylone - Yasmina Reza

Je ne sais pas à quoi je m'attendais avant de lire de roman, mais certainement pas à ça ! Je n'avais jamais lu Yasmina Reza auparavant, mais sans doute les sonorités de son nom et le titre du roman m'ont égarée. J'étais partie très loin, dans des contrées exotiques, mêlant le bruit, la lumière, les couleurs et les parfums de l'orient... Bien loin de la banlieue parisienne où l'auteur nous conduit. J'ai été surprise. Mais jamais déçue. La fantaisie, l'humour, la plume de l'auteur m'ont plongée dans le quotidien de deux familles voisines résidant dans un même immeuble où l'irrémédiable finit par se produire.

Babylone - Yasmina Reza.
Editions Flammarion, 31 août 2016, 218 pages.


samedi 17 juin 2017

Marx et la poupée - Maryam Madjidi

Cela fait un moment déjà que j'ai terminé ce livre mais j'ai du mal à préciser mon impression après cette lecture. C'est sans doute le style de l'auteur qui me laisse ainsi indécise. Il ne s'agit pas d'un récit classique, mais plutôt d'une succession de tranches de vie, de celle de Maryam Madjidi qui quitte l'Iran avec sa famille à l'âge de 6 ans, pour rejoindre la France. On a l'impression de picorer dans la vie de l'auteure. On feuillette avec elle son album photos, des instantanés qui nous donnent à voir la douleur de l'abandon et de la séparation, puis la difficulté à se reconstruire. Mais ces instantanés ne m'ont pas laissés beaucoup de souvenirs, si ce n'est la réflexion de l'auteur autour de la langue, que j'ai trouvée très riche.

Marx et la poupée - Maryam Madjidi.
Editions Le Nouvel Attila, Janvier 2017, 201 pages.

dimanche 21 mai 2017

Douleur - Zeruya Shalev

Je n'avais jamais lu Zeruya Shalev. Si cela avait été le cas, j'aurai su à quoi m'attendre... Car après m'être un peu documentée, il me semble que l'auteure tourne toujours autour de mes thématiques, sûrement très inspirées par sa propre histoire : la souffrance, celle d'un pays, Israël, en proie à la violence, celle d'une famille qui ne sait pas toujours comment s'aimer, l'amour, mais celui qui est passé, souvent idéalisé, au détriment d'enfants que l'on ne sait pas comment aimer vraiment et dont on s'éloigne petit à petit. Prix Femina étranger en 2014 avec Ce qui reste de nos vies, Zeruya Shalev sait exprimer la douleur au sein des familles où beaucoup de sentiments se mêlent, pas toujours sereins et apaisants.


Douleur - Zeruya Shalev.
Editions Gallimard, Février 2017, 416 pages.

mercredi 3 mai 2017

Dans la ville des veuves intrépides - James Cañón

Après la lecture du premier roman de Martha Bathala, Les mille talents d'Euridice Gusmão, paru en janvier 2017 aux éditions Denoël, j'avais envie de vous parler de cette lecture qui date un peu puisqu'elle a fait l'objet d'un billet dans mon ancien blog en février 2012. J'ai trouvé une certaine similitude entre ces deux premiers romans enjoués et vivifiants qui nous parle de femmes dont la vie n'est pas toujours gaie mais qui ont le caractère pour la rendre souriante. Deux romans optimistes et colorés, avec chacun une once de fantaisie délicieuse. Dans la ville des veuves intrépides est un roman savoureux à découvrir si ce n'est pas déjà fait.

Dans la ville des veuves intrépides - James Cañón.
Editions Belfond, Mars 2008, 384 pages (lu en édition Livre de Poche)

dimanche 30 avril 2017

La fête de la tomate - Satomi Ichikawa

Ce mois du Japon chez Hérisson est l'occasion de vous présenter ce superbe album publié en 2012 à l'Ecole des Loisirs. Un petit album pour changer d'univers, grâce à l'histoire qui se déroule au Japon et qui fait découvrir d'autres préoccupations et d'autres styles de vie au jeune lecteur. Le dessin nous transporte également bien loin de notre mode de vie : autant que le récit il contribue à nous conduire dans un environnement oriental, apaisé et apaisant, où la nature et ses éléments sont respectés, tant par leur puissance destructrice que par ce qu'ils peuvent produire de beau et d'essentiel à la vie sur terre. Un beau récit humaniste et écologiste.

La fête de la tomate - Satomi Ichikawa.
Editions L'Ecole des Loisirs, Octobre 2012, 32 pages.


jeudi 27 avril 2017

Les mille talents d'Euridice Gusmão - Martha Batalha

Une couverture comme je les adore, souriante, pimpante, joyeuse pour un récit tout aussi vif et coloré. C'est une plongée dans le Brésil des années 1940 à 1960, à la rencontre de femmes de caractère qui découvrent la liberté et aspirent à prendre leur vie en main. Un petit côté Desperate Housewives pour ces mères de famille cantonnées à la maison et que la société n'autorise pas encore à sortir du foyer pour autre chose que pour les courses ou les enfants. Avec le sourire et l'optimisme en plus. Un premier roman réussi, dynamique et plein de fraîcheur, sous le soleil de Rio. Une plume que l'on quitte avec regret tant elle transmet de bonne humeur, même si les faits sont souvent graves et douloureux, comme pouvait l'être la vie des femmes à cette époque.

Les mille talents d'Euridice Gusmão - Martha Batalha.
Editions Denoël, Janvier 2017, 249 pages.

vendredi 21 avril 2017

La terre qui les sépare - Hisham Matar

Direction la Libye avec ce nouveau roman de Hisham Matar, au cœur du régime kadhafiste. S'appuyant sur le récit de la recherche de son père Jaballah Matar, enlevé au Caire et remis à la Lybie en 1990, l'auteur nous conduit dans les arcanes du pouvoir libyen et des relations diplomatiques pas toujours limpides avec le monde occidental et les pays européens particulièrement. Il s'agit d'un ouvrage très dense d'un point de vue historique, qui mêle la "petite" histoire de la famille Matar à la géopolitique de cette région du monde. L'auteur partage avec nous cette quête du père au cours des 20 années que couvrent le roman. Un récit très riche sur l'histoire politique de la Libye et sur la difficulté à faire le deuil d'un père disparu.

La terre qui les sépare - Hisham Matar.
Editions Gallimard, Janvier 2017, 320 pages.

lundi 17 avril 2017

Chanson douce - Leïla Slimani

Il m'a fallu du temps pour me lancer dans cette lecture incontournable de la rentrée littéraire 2016. A cause du sujet naturellement : je ne suis pas fan des récits qui maltraitent ma fibre maternelle. Je ne goûte pas les histoires où les enfants sont violentés, encore moins quand ils sont tués. Mais j'ai lu dans l'un de vos billets qu'une fois passées les premières pages, l'auteure nous ramène à la rencontre entre Louise, la nounou, et la famille Massé, Myriam, Paul et leurs deux enfants, Mila et Adam. Et c'est effectivement l'objet de ce livre : l'histoire d'une rencontre entre deux mondes, et des réalités pas toujours conformes aux rêves.

Chanson douce - Leïla Slimani.
Editions Gallimard, Août 2016, 240 pages.

lundi 20 mars 2017

Le ventre de l'Atlantique - Fatou Diome

Je vous suggère cette lecture très forte pour célébrer dignement cette date du 20 mars, retenue pour être la Journée internationale de la Francophonie. Je ne sais pas bien ce qui m'a tenue éloignée de ce livre si longtemps puisque cela faisait un moment que je tournais autour. Mais dès les premières pages, j'ai su que je ne regretterai pas cette lecture. Pour l'écriture d'abord, vive et pleine de fraîcheur, pour l'humour qui se dégage de ces mots, leur poésie et leur sensibilité aussi. Pour le récit enfin, témoignage saisissant de la distance qui sépare l'Europe et l'Afrique, où la première apparaît comme l'Eldorado mais se révèle aussi bien sombre à ceux qui osent franchir les océans.

Le ventre de l'Atlantique - Fatou Diome.
Le Livre de Poche, septembre 2015, 255 pages.

dimanche 5 mars 2017

Seules les bêtes - Colin Niel

Direction les Causses, au cœur de l'hiver, où une femme disparaît. Colin Niel nous conduit dans ce pays austère, rude et isolé, dans lequel subsistent, sur les Causses, à l'écart du village, quelques fermes encore habitées par des hommes qui tentent de maintenir une activité paysanne. Construit avec les codes du polar, ce roman de Colin Niel est surtout un superbe portrait social et humain. Dans ces paysages arides, la vie des derniers survivants d'un monde en voie de disparition, rattrapés par la modernité et les aspirations de néo-ruraux, est magnifiquement décrite : les contraintes du paysage et de la météo, l'isolement et la solitude de ces paysans qui tentent de ne pas sombrer avec leur ferme et de maintenir leur activité.

Seules les bêtes - Colin Niel.
Editions Rouergue, janvier 2017, 224 pages.

jeudi 2 mars 2017

Les mots du monde - du 2 au 5 mars 2017


Tenez-vous prêts ! La cinquième édition du Festival des littératures Les Mots du Monde débute à Nantes aujourd'hui, et jusqu'à dimanche.

Pour sa nouvelle édition, ATLANTIDE accueille plus de cinquante auteurs d’ici et d’ailleurs, "observateurs des tremblements de leur temps mais dont les mots dessinent aussi les espoirs de nos lendemains".
Un rendez-vous à ne pas manquer pour les amoureux des livres et de leurs auteurs que nous sommes.
Une bonne occasion de venir gonfler nos PAL. Une belle occasion aussi pour ajouter des lectures au rendez-vous de la semaine de la francophonie 2017.

Une cinquantaine d’auteurs seront présents encore cette année, parmi lesquels : Abdelaziz Baraka-Sakin, Yves Beauchemin, Adrien Bloch, David Boratav, Lucile Bordes, Geneviève Brisac, Mircea Cărtărescu, Bernardo Carvalho, Sylvain Coher, Michael Collins, Serge Joncour, Emma-Jane Kirby, Vénus Khoury-Ghata, Kris, Nathalie Legendre, Gila Lustiger, Alain Mabanckou, Laurent Mauvignier, Cloé Mehdi, Edouardo Mendoza, Danielle Mérian, Tania de Montaigne, Michel Piquemal, Ahmed Saadawi, Ron Silliman, Pascal Vatinel, Laurence Vilaine, Serena Vitale, Éric Vuillard…

Tout le programme est ici : Festival Atlantide.

Bonnes lectures !


mardi 28 février 2017

Trois saisons d'orage - Cécile Coulon

Pas encore 27 ans et déjà 8 romans au compteur, plus un recueil de nouvelles. Je découvre Cécile Coulon avec ce récit d'une famille de médecins arrivée dans le village des Fontaines, au cœur des Trois-Gueules, un pays isolé, austère et orgueilleux, qui regarde avec suspicion ceux qui viennent de la Ville. L'histoire de cette famille, sur trois générations, est superbement écrite. Mais le personnage central du roman reste Les Trois-Gueules, ce pays difficile d'accès qui façonne les tempéraments et aiguise les regards. Si l'histoire de la famille du médecin traverse les 263 pages du roman, ce sont bien les lieux qui tiennent le rôle principal, démontrant à chacun que la nature demeure maître des lieux, n'en déplaise à ceux qui aimeraient façonner Les Trois-Gueules à leur guise.

Trois saisons d'orage - Cécile Coulon.
Editions Viviane Hamy, janvier 2017, 263 pages.